Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jeudi, 05 novembre 2009

Quand la peur s’empare de nous

bien-être
Un sentiment qui n’est pas inoffensif et peut fortement perturber notre organisme


Montagnes russes, maison hantée, soirée entre copines à regarder pour la dixième fois Halloween et trembler à l’approche de Michael Myers… Nous aimons toutes avoir peur ou faire peur aux autres. Cela provoque une certaine excitation et une poussée d’adrénaline. En cas de danger, la peur nous aide à nous protéger : hypervigilantes, nous sommes prêtes à prendre nos jambes à notre cou et nous réagissons au moindre bruit. “Mais quand la peur nous submerge et prend le contrôle, ça peut devenir dangereux, souligne Emmanuel de Becker, pédopsychiatre aux Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Car se trouver dans un état permanent d’hypervigilance a des impacts physiologiques (stress, accélération du rythme cardiaque, augmentation de la tension,…) qui peuvent engendrer notamment des troubles du sommeil. Cet état a aussi des impacts psychologiques. On se méfie de tout et de tout le monde. Chaque personne nous abordant devient un danger potentiel. Ce qui empêche toute relation. Le meilleur exemple est sans doute le racisme qui est une peur de l’autre, de la différence et qui peut amener des réactions très violentes.”
FAIRE FACE
Il est donc important de maîtriser ses peurs pour ne pas les laisser nous contrôler. “Et pour ce faire, la meilleure des choses est d’en parler, de les mettre en mots pour les désamorcer, poursuit le pédopsychiatre Emmanuel de Becker. On réalise alors que la peur n’existe que dans notre tête. Autre arme pour vaincre et affronter ses peurs : l’humour. Durant la fête d’Halloween par exemple, nous tournons en dérision le concept de la mort qui nous effraie tous. En se déguisant en fantôme ou en squelette, qui symbolisent le lien entre la vie et la mort, on essaye de se rassurer. On a aussi le sentiment de maîtriser ce qui nous fait peur et on se sent plus puissant. C’est une façon d’établir un rapport moins effrayant avec la mort.”
Cependant, il est important de rester vigilant aux dessins animés et films que regardent nos enfants et de respecter la signalétique. La peur peut en effet se développer bien après le visionnage d’un film d’horreur et engendrer des rêves d’angoisse réguliers.
C.Bo

Les commentaires sont fermés.