Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

vendredi, 27 novembre 2009

Beaujolais nouveau, pourquoi tant de haine ? (2/2)

Il faut s’y préparer, c’est pour bientôt…


Les raisins de la colère peuvent être nombreux, les raisons de la désaffection sont toutes aussi nombreuses. Et pourtant, pourtant il y a quelques belles choses à sauver avant de jeter bébé et l’eau du vin.
La semaine dernière nous avions abordé l’histoire du beaujolais.
MAIS ALORS, POURQUOI TANT DE HAINE ?
Avez-vous fredonné “et si on se donnait rendez-vous dans dix ans…” il y a une quinzaine d’années au moins ? Et bien si vous vous souvenez d’une certaine lassitude vis-à-vis du beau Patriiiiiiick, vous comprendrez pourquoi le Beaujolais a lassé. C’est qu’à force d’en faire trop on a cassé la poupoule aux nœufs d’or. On pourrait simplement résumer la chose par la surexposition. Trop de trop tue. Mais en Beaujolais, il aura fallu attendre la crise, pas celle que nous vivons en ce moment, non, non, une crise propre à la région, pour que quelques têtes se mettent à se poser des questions fondamentales. Un poil trop tard à l’évidence. On pourrait même écrire vachement trop tard.
Au lieu de réguler, de créer un phénomène de demande, on a changé les règles pour aider au commerce, pour que les choses soient plus fluides. À force de fluidifier, on a coulé. Ajoutez à ça le fait que quelques gougnafiers associés à des margoulins aient eu le très mauvais goût d’une part de chipoter les vins et d’autre part de se faire gauler, même si bien trop tard.
Tout cela n’a fait qu’ajouter au rejet naturel. Il faut se souvenir que l’homme, depuis l’histoire du vase de Soissons est censé aimer ce qu’il a brûlé et brûlé ce qu’il a aimé.
Morale judéo-chrétienne quand tu nous tiens…
ET ALORS ?
Et alors, dans la morosité ambiante, brillent quelques loupiotes. Quelques phares d’Alexandrie dans les ténèbres qui voient naufrager les papillons de ma jeunesse… Le Beaujolais est une zone qui souffre, une des plus touchée par la crise dans l’hexagone. La crise est salutaire parfois, elle offre l’opportunité a des gens talentueux de passer la rampe. C’est le cas, qu’ils soient jeunes ou confirmés, tel Marcel Lapierre et ses “disciples”, ils représentent l’avenir de la région. Et ils produisent même du beaujolais nouveau, et du bon.
C’est quand même une bonne nouvelle, non ?

16:13 Publié dans Vin sur vin | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : lola, vin sur vin

Commentaires

Bonjour,

Nous renouvelons, dans le cadre du 25ème Salon des Vins de Loire d'Angers,
le concours Wine Blog Trophy dédié aux bloggeurs oenophiles.

Merci de nous communiquer votre adresse e-mail, votre nom et le nom de votre blog si vous souhaitez participer.

A très bientôt.

Agence Clair de Lune
contact@clairdelune.fr

Écrit par : Clair de Lune | mercredi, 01 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.